Tu veux prendre mon cul, commence par m’offrir le tient!!!

Moi c’est Philippe, un trentenaire décontracté. Marié depuis bientôt quatre ans à une charmante jeune femme de presque dix ans ma cadette. Marie est une bombe blonde au caractère bien trempé. Femme active, indépendante et sure d’elle. Pas toujours facile de vivre avec ce genre de fille, mais bon. Le ciment de notre couple à toujours été le sexe. Nous sommes sur la même longueur d’onde niveau cul et nos ébats sont vraiment très très satisfaisants. Mais depuis que nous couchons ensemble je n’ai de cesse que de lui demander de passer par derrière. Mon fantasme est de pouvoir la sodomiser, chose qu’elle m’a toujours refusé. Je lui lèche souvent l’anus, elle adore ça d’ailleurs, parfois il m’arrive de glisser timidement un doigt, mais je n’ai jamais pu l’enculer. 

Le sujet de la sodomie revient fréquemment sur le tapis, et c’est devenu au fil du temps une source de blagues entre nous. Elle possède un superbe cul.

Nous avons pour habitude de passer un week end par mois juste tout les deux. Nous nous préparons de super repas, nous regardons des série sur netflix et nous baisons beaucoup. Ces petites parenthèses nous permettent de rattraper le temps perdu, en effet, nous avons tout les deux des jobs très prenants et il nous arrive de passer des semaine entière à juste nous croiser.

Donc, durant l’un de ces fameux week end que nous apprécions tant, c’était le samedi après midi, après un déjeuner copieux et bien arrosé, Marie à commencer à me sucer en passant sous la table de la cuisine. J’adore lorsqu’elle fait sa petite salope. Elle le sais et en joue énormément. Elle m’a sucé un bon moment, puis m’a attrapé par la bite pour m’entraîner dans le lit.

Là, c’est moi qui l’ai léchée longuement, bien entendu, j’ai passer ma langue sur son derrière. Après l’avoir faite jouir avec ma langue, j’ai commencé à glisser un doigt entre ses fesses. Et là, elle me dit tranquillement :

« _ Je veux bien te laisser m’enculer, mais à une condition. » Je n’en croyais pas mes oreilles, elle allait enfin me laisser accéder à son petit trou.

« _ Tout ce que tu veut ma chérie, pas de problème. » Dis je sans même attendre qu’elle ne me donne sa condition.

« _ Ok, parfait, souviens toi bien que tu as accepté ma condition sans aucune réserve. Ok ? »

« _ Oui, pas de soucis, je suis d’accord sans aucune réserve. » Dis je totalement excité à l’idée de posséder son petit cul. Là, elle se lève et fonce dans la salle de bain en me disant :

« _ Ne bouge pas, je dois me préparer, je reviens vite. » Et la voilà qui disparaît dans la salle de bain.

A ce moment là, je suis persuadé qu’elle est en train de se rafraichir l’entre cuisse et de préparer ces fesses à m’accueillir. Je me branle tranquillement pour maintenir mon érection intacte en vue du grand moment. Quelques longues minutes plus tard, la porte s’ouvre et elle apparaît. Je n’en crois pas mes yeux, elle à une sorte de ceinture sur laquelle est accrochée une bite de latex noire. Elle me sourie et vient me rejoindre.

« _ Ceci est un gode ceinture ou strapon en anglais. Ma condition est simple, si tu me laisse t’enculer avec ça… » dit elle en jouant avec sa queue noire.

« _ Tu auras le privilège de déflorer mon anus. » Je n’arrive pas à lâcher ce phallus du regard.

« _ Mais… » je tente d’argumenter, mais elle me coupe sèchement :

« _ Tu as dores et déjà accepté le contrat mon chérie. A quatre pates maintenant. » Dit elle d’un ton ferme. Je ne peux qu’obéir sans trop savoir ce qu’il va m’arriver. Et ce qui devait arriver arriva, après m’avoir copieusement enduit le cul de lubrifiant, elle c’est introduite en moi. Lentement mais surement. Ouvrant mon anus vierge et étroit. Mais je ne sais par quel miracle mes sphincters se sont dilatés pour accueillir le gode. Elle à pris un malin plaisir à me baiser avec son gode ceinture. D’abord en levrette pour en missionnaire. Là est c’est emparé de ma queue pour me branler. Elle avait un grand sourire aux lèvres.

« _ Alors, mon chérie tu aime ma queue ? » Demande t elle triomphante. Et pour tout dire, oui, j’aime sentir sa queue dans mon cul. Sa main qui tantôt me branle, tantôt masse mes couilles. Et ses coups de reins qui propulsent le gode au fond de mon ventre. Elle s’aperçoit vite du plaisir qu’elle me donne et redouble d’efforts.

« _ Mais tu aime ça oui. » Lâche t elle. Je ne réponds pas, mais oui. Oui et oui j’aime ça. Et sa main qui me branle de plus en plus fort m’emporte dans un orgasme incroyable. Je jouis. J’éjacule dans sa main. Sa bite noire plantée dans mon cul. Je jouis profondemment, intensemment.

« _ Et ben mon Chéri, j’étais loin de me douter l’effet que mon petit jouet allait te faire. » dit elle heureuse de ce qui venait de ce passer. Moi j’étais surtout un peu honteux d’avoir pris autant de plaisir de cette manière. Et elle reprends :

« _ Qu’est ce qui ne va pas, c’était génial non ? »

« _ Euh, oui en effet. » Dis je modérant son enthousiasme.

« _ Qu’est ce qui te gêne ? Tu n’as pas à avoir honte, je te trouves trop sexy d’avoir accepté et d’avoir joué le jeu. » Dit elle en me couvrant de baisers. Je reprends pieds petit à petit.

« _ A ton tour maintenant de prendre mes fesses. » Dit elle. Elle se penche sur moi pour me sucer. Ma bite est collante de sperme, elle me lèche et me suce tellement bien que je bande à nouveau rapidement. Elle lèche mes couilles, j’adore lorsqu’elle fait ça. Son regard planté dans le mien.

Lorsque j’ai retrouvé une certaine raideur, elle me dit :

« _ A toi de jouer maintenant, mais tu lubrifie bien avant et tu y va tranquille. » Elle se met à quatre pates m’offrant ainsi son délicieux petit cul que j’aime tant. J’en profite pour le lécher et lui enfoncer ma langue. Puis c’est mon majeur qu’elle reçoit puis mon index vient rejoindre mon majeur. Elle s’ouvre facilement. Je dépose une bonne dose de gel sur son petit trou. Encore quelques doigts et je passe aux choses sérieuses. Je me place derrière elle, le gland posé sur sa rosette. Je commence à forcer. Son anus s’ouvre et avale mon gland. Je continue de progresser en elle. Je la possède totalement maintenant. Ma queue toute entière est entrée. Elle est serrée.

« _ Ca va, je ne te fais pas mal. » Dis je dans un souffle.

« _ Non, pas du tout, vas y. » Dit elle. Et je commence à lui baiser le cul. Elle gémit de temps à autre. Je suis trop bien dans ce petit orifice étroit. Nous changeons de positions plusieurs fois, je veux profiter de ce moment bien à fond. En levrette puis sur le coté, en missionnaire et en amazone. Je ne peux résister plus longtemps. Elle le sent :

« _ Laisse toi aller dans mon cul » Dit elle. Et je me laisse aller, je jouis dans cet anus si accueillant en espérant que ce ne serait pas la première et la dernière fois.

« _Alors, tu préfère enculer ou être enculé ? » Dit Marie en eclatant de rire. Et je rie aussi.

« _ Les deux mon commandant. Et toi comment as tu trouvé ? »

« _ Moi aussi j’ai bien aimé les deux. »

« _ Tu n’as pas eu mal ? »

« _ Si un peu au début, mais rapidement la douleur disparaît et c’est plutôt agréable en fait. Mais pas d’orgasme à l’horizon. »

« _ Tu me laissera recommencer ? » Dis je timidement.

« _ C’est probable oui. Et toi, tu me laissera jouer encore avec mon gode ceinture ? »

« _ C’est certain. » Dis je enfin détendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *